Le haut du podium Olympique – vu un peu différemment…

 

«Est-ce que tu as mentionné que tu es une Olympienne? » Mon amie me demande, avec son sourire un peu jaloux.

Oui … pour ouvrir des portes, le mot ‘Olympienne’ ça aide… Il semble que nous obtenons instantanément le respect et l’admiration pour notre capacité de surmonter l’adversité, de persévérer et de s’élever au plus haut niveau.

Mais l’héroïsme olympique, pourrait-il être surestimé? C’est ce que je crois…

Nous savons tous que la force, la concentration et la persistance ne sont pas uniques aux Olympiens. Tous les jours, je suis étonnée d’apprendre et d’être inspirée par de grands entrepreneurs, des scientifiques, des écrivains, et des guérisseurs. Et parce que certains d’entre eux sont mes amis, j’entends aussi parler de ce qui ce passe en arrière scène. C’est loin d’être des réussites faciles, plutôt il y a de la passion, un désir profond et une détermination sans fond. Et c’est la même chose avec les femmes que je coach. Souvent leur COURAGE est si inspirant que je termine de mes séances avec une super admiration pour elles.
L’autre côté de la médaille :

Recherchant des solutions au niveau de la nutrition, de la chimie du cerveau, de la toxicité de l’environnement, et des techniques de libération émotionnelle, j’ai voyagé très loin pour trouver ce qui a contribué à ma sensibilité au chlore, à mes troubles alimentaires et à la dépression, qui ont tous limité ma vie depuis les Jeux Olympiques.
Toronto, 2000-2002 :

Même à l’apogée de l’excellence académique et d’une médaille olympique au Jeux de Sydney, je n’avais pas d’estime de soi. Vous connaissez ça : un corps qui n’est jamais assez mince ou musclé, une perte de mémoire, de l’anxiété qui vient de nulle part, une peur de perdre l’amour de notre vie …

Heureusement, quelque chose devait être assez bon en moi pour que l’Univers me guide vers un livre écrit par Iyanla Vanzant, Un Jour Mon Âme s’est Ouvert (One Day My Soul Just Opened Up). C’était mon premier livre en croissance personnelle et spirituelle.
****
Prenez un moment pour vous souvenir de votre premier livre marquant (ou une conversation peut-être). Rappelez-vous comment vous vous êtes ressenti, de vous sentir enveloppé d’un nouvel espoir, ou d’un nouvel amour, ou d’un pardon profond … Rappelez-vous si à ce moment-là, comme tout d’un coup, vous pouviez «voir» ou vous ressentir différemment ?

Ressentez-vous dans votre corps -> Accepter ce qui est présent -> Pardonnez-vous-> Relâchez-ce qui n’est plus nécessaire-> Ok, dans cette présence – on continue ?

 

****

Faire face à mes comportements dysfonctionnels après les Jeux de 2000 a été au-delà de mes capacités. Alors que mon monde extérieur avait l’air plus impressionnant chaque année, (jouant le rôle de capitaine de l’équipe vers les prochains Jeux et en s’engageant à une charge de cours complète à l’Université de Toronto en affaires), lentement je me détruisais. Des crises de sucre à n’en plus finir, des larmes inexplicables et une procrastination intense envers tout.

Et du Prozac (la recommandation de mon psychiatre) semblait aller à l’encontre de mon âme.

La petite voix :

En 2002, à la Coupe FINA en Suisse, comme nous nous regroupions avant de performer, j’ai entendu une petite voix qui semblait venir d’en haut. Clairement, cette voix me dit: «Catherine, c’est ta dernière performance. Il est temps que tu prennes soin de toi. « .

Moins de 48 heures plus tard, j’étais assise à l’aéroport de Zurich révélant ma nouvelle vérité avec l’équipe. Nous avons pleuré, nous avons discuté, elles ont compris. Dès que j’étais de retour à Toronto, je me sentais prête à commencer une nouvelle vie, hors de l’eau.
****
Alors, maintenant, écoutez-vous ? Est-ce que l’Univers essaie de vous dire quelque chose? Ayez confiance. Agissez. Ou Attendez. Mais surtout écoutez pour le message de la petite voix. Même s’il est parfois difficile de dire « non » ou de changer nos plans, l’écoute de notre cœur aide tout le monde !

Ressentez-vous dans votre corps -> Accepter -> Pardonnez-vous-> Relâchez-ce qui n’est plus nécessaire-> Ok, dans cette présence – on continue ?

 

****
Las Vegas, 2005-2006 :

Pour faire partie des meilleurs spectacles aquatiques au monde, j’ai déménagé à Las Vegas pour être une « sirène » dans un aquarium d’eau salée. Suite à ce show, j’ai fait partie du show Le Rêve, la production Dragone (sœur de Cirque du Soleil) au Casino Wynn. Le Rêve est une vraiment une production onirique avec des acrobates, trapézistes, des plongeurs et des nageuses synchronisées, le tout présentant une maîtrise athlétique, un drame et de l’humour dans un scénario magique de la vie au-delà du rêve de l’homme.
Hélas, même au milieu de ce rêve, la toxicité de l’environnement (spectacles de fin de soirée dans les environnements chlorés) m’affectait beaucoup. Ugh. Pourquoi suis-je si fragile !?! Pourquoi les autres artistes ne sont-ils pas affectés? Qu’est qui ne va pas en moi?
****

 

Peut-être que vous aussi vous vous jugez…vous vous sentez prise par votre côté sensible ? Vous vous sentez différent(e)s? Et alors, peut-être qu’il y a des trésors dans tout ça ? Une invitation pour mieux vous accepter et prendre soin de vous-même? Un nouveau rêve à l’horizon?

Ressentez-vous dans votre corps -> Accepter -> Pardonnez-vous-> Relâchez-ce qui n’est plus nécessaire-> Ok, dans c’est présence – on continue ?

 

****
C’est alors que j’ai décidé de célébrer ma décision de quitter Las Vegas avec une randonnée dans le Red Rock Canyon. Excitée, j’ai monté en randonnée les rochers Pinnacle Peak (le point le plus haut dans le canyon) avec mon journal, un crayon et un livret de prières.

Après une heure de hiking, je me suis retrouvée au sommet d’un belvédère magnifique du Strip de Las Vegas et une vue à 360 degrés du désert. Mon journal, le Qigong, et le soleil étaient mes compagnons comme je dis mes adieux à ma vie en tant qu’artiste de performance aquatique.
Ce que je ne savais pas, c’était que cette journée, le 6 août 2006, se transformerait en une expérience qui changea ma vie – 24 heures coincée sur une paroi, seule, faisant face à la mort.

En cherchant à descendre plus rapidement du sommet, je m’étais faufilée entre deux murs qui formaient un angle vertical. Mais au bas, se trouvait une impasse : une petite plate-forme juste assez grande pour y être avec une falaise an bas et un mur en arrière. Un mur qui semblait impossible à monter. Seule, sans eau ni rien à manger, j’étais prise.

Lorsque l’inspiration vient, et qu’ensuite on se sent pris(e), il est facile de se sentir submergé par la peur … Peut-être que vous avez déjà eu ce sentiment ?
Mais l’histoire n’est jamais gravée dans la pierre.

Quels que soient les détails de notre histoire présente, nous avons la capacité d’affecter la continuation de l’histoire.

 

****

 

Tout d’abord, je crois qu’il est important de créer de l’espace pour la curiosité. Nous nous demandons par quoi nous pouvons remplacer la peur.
Ressentez-vous dans votre corps -> Accepter -> Pardonnez-vous-> Relâchez ce qui n’est plus nécessaire-> Ok, dans cette présence – on continue ?

 

****
Je ne vais pas vous mentir. Être coincée sur cette paroi m’a vraiment fait peur, et j’ai vraiment été dans les montagnes russes de mes émotions.

La peur ressentie pendant sept tentatives pour grimper le mur (où j’ai failli tomber), la chaleur du désert – fou !, une honte de mes mémoires de problèmes alimentaires, l’inspiration d’écrire un livre (quoi? Moi? Écrivaine?), crier, pleurer sans rien en réponse sauf un écho pathétique, unité avec la nature, le coucher du soleil, le froid, les insectes, les roches douloureuses sous mes fesses, la peur de la mort, un nouveau désir de partager mes nouvelles connaissances en santé (et d’exposer des sous-produits du chlore pour les piscines), etc.

Et à travers tout ça, poussée par la curiosité, je n’arrêtais pas de me demander : « Cette expérience, est-ce une initiation? Est-ce une invitation ? Si oui, pour quoi faire ? « 

Plus précisément, j’ai fait le choix d’inviter et d’accueillir la grâce.

 

****

Êtes-vous actuellement prise dans une situation qui vous semble «impossible» ? Ou percevez-vous votre «mur» comme étant plus réel qu’il est vraiment ? Peut-être un petit test ? Pour renforcir votre foi ? Votre passion ? Votre amour ?

Ressentez-vous dans votre corps -> Accepter -> Pardonnez-vous-> Relâchez-ce qui n’est plus nécessaire-> Ok, dans cette présence – on continue ?

 

****

Montréal et Los Angeles 2012 et au-delà :

Six ans plus tard, le livre que j’ai commencé à écrire sur la paroi a été publié*. Toute une randonnée que j’ai dû vivre pour recevoir ce message. Ce qui était un désir de comprendre la santé et le bien-être pour mon propre bénéfice est devenu une passion pour aider les autres, aussi.

C’était alors que maintenant je réponds différemment à la question la plus commune qu’on me pose, « Comment t’es-tu ressentie sur le podium olympique? » J’avais l’habitude de répondre par des mots blasés des attentes d’un accomplissement sportif. Mais dernièrement, je partage davantage ma voix authentique …

« Vous savez le sentiment que vous obtenez lorsque vous vivez tout simplement … et que vous vous rendez compte que vous n’êtes plus propulsé à manger compulsivement, vous avez un ‘breakthrough’ dans votre relation, vous vous sentez soulagé de ne plus ressentir la dépression, ou vous réaliser combien d’amour se retrouve autour de vous … Pour moi, ces petits moments de grâce sont tout aussi incroyables que le «haut» du moment sur le podium. Pour être totalement honnête, quand, dans le paradoxe de la simplicité et la complexité d’exceller dans la vie quotidienne, je reçois le don d’un moment « élevé », je me ressens aussi fière et bien que ce que j’ai ressenti sur le podium olympique…  » Oui, vraiment.

Après avoir passé dix ans au sommet du sport, et ensuite, 11 années consacrées à trouver ma ‘carrière’ et de retrouver la joie et la santé, je peux honnêtement dire que par rapport à se sortir des dépendances alimentaires et de l’anxiété, et de la dépression, ça l’a été plus facile de gagner une médaille aux Jeux Olympiques. (Donc, si vous vous débattez avec l’un de ces défis, s’il vous plaît sachez que vous êtes aussi courageux, forts, et persévérants qu’un athlète Olympique J.)

Ça prend le coeur des vrais héros pour transformer une souffrance ou un territoire inconnus en potentiel d’une nouvelle direction…

Alors, si vous vous sentez impressionné et inspiré par les Olympiens, SUPER ! Mais n’oubliez pas de regarder dans votre vie, pour vraiment voir et apprécier votre côté aussi extraordinaire.

 

Ça me fait super plaisir de joindre l’équipe du Moment Présent. Dans les prochains blogues, je partagerai les petits trésors efficaces pour la gestion des émotions.

 

À bientôt !

 

Catherine xo

 

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *